KONGOLISOLO
Actualité

Atoniste : c’est dans le désert du Sinaï que le culte d’Aton a été récupéré après son expulsion d’Egypte, c’est la raison pour laquelle beaucoup de termes actuel possèdent un symbolisme égyptien comme par exemple avec Para-mount qui signifie « Maison sur la montagne », et qui est en fait une référence symbolique au « mont Sinaï » dont le symbole est également une référence cryptée aux trois grandes Meru (pyramides) de Gizeh

C’est également la raison pour laquelle le terme « mont » a souvent été utilisé comme un titre par toutes ces grandes familles qui aujourd’hui sont secrètement liées aux culte d’Aton comme par exemple les familles Montagu, Montgomery, Montgolfier, MonteithMountjoy, Mountbatten, etc dont la référence est encore directement liée au Mont Sion, au Sinaï, et bien sûr, toujours aux pyramides sacrées qui reposaient sur une terre sacrée et qui étaient considérées comme telles par la noblesse Hyksos qui avaient envahi la Basse Egypte.

Depuis ces temps reculés les Atonistes ont toujours habilement employé leurs symboles séculaires pour indiquer leur présence à toutes personnes conscientes de leur langage symbolique dont les bases d’opération situées à Tanis, Alexandrie, Rome, Londres, New-York, Washington DC, le Vatican entre autres ainsi qu’à travers leurs nombreuses Loges, contrôlent le monde qu’ils considèrent comme leur nouvelle « Egypte »

Par exemple, le design de la «Boussole et de la Règle» maçonnique a été configuré comme la lettre « A » pour Akhenaton et à la fois pour Aton, laquelle est souvent montrée avec des rayons solaires à côté de l’étoile à cinq branches de Sirius dont la première devise maçonnique est: « Per me reges regnant » (à travers moi les rois règnent) et où, la lettre « G », en réalité un serpent dans la forme, employée par la soi-disante « Cour du Dragon » ou « Confrérie du Serpent», est le symbole du sceau pour la « Connaissance » qui a été préservée par les membres de l’ancienne lignée de sang de la Noblesse Hyksos

Akhenaton se désignait lui-même comme « l’architecte » ou Ngu (grand serpent) un terme bien connu des maçons d’aujourd’hui, c’est pourquoi leur Chef suprême connu comme « Le Grand Architecte de l’Univers » ou le Grand Serpent (Apep/Pape/Pope), porte aussi ces titres utilisé par les Saru (fils de la Lumière, Rois)

Le soleil Aton se déplace à travers trente-trois degrés du zodiaque lorsqu’il traverse une Maison, c’est pourquoi le nombre « Trente-trois », a une importance centrale pour les maçons et dont les traditions sont en fait basées sur les anciennes traditions Stellaires et pourquoi un bon adepte reçoit son «diplôme» seulement lorsqu’il est prêt à servir leur dieu maçonnique nommé Aton-Jéhovah-Lucifer, mais que les élites ont seulement changé le nom, en le masquant derrière le terme «franc-maçon» (ma-sun/fils du Soleil) afin de déguiser leurs origines Atonistes

Les maçons sont en fait, les détenteurs du « Secret Royal » qui concernait les décrets pour la survie et l’ordre du jour du renégat à l’origine du « Culte d’Aton » en la personne d’Akhenaton et sont à la fois les archivistes illégitimes de l’ancienne Connaissance sacerdotale qui servait à habiliter les “initiés” et à contrôler pacifiquement le reste de l’humanité.

C’est également pour toutes ces raisons et ces motifs pas encore très clairs que les Cérémonies, les Festivités et les Monuments associés aux “révolutions» américaines et françaises montrent constamment des idées ou des images maçonniques, fortement teintés de connotations et de symboles égyptiens.

Si Buckingham Palace observé depuis les airs montre une disposition pyramidale égyptienne, similaire à celle trouvée à Washington DC, à Canberra, à Paris, au Vatican et d’autres endroits, c’est parce que les Atonistes (maçon/ma-sun) aiment se souvenir des bons jours, en concevant la plupart des nouvelles villes pour commémorer « leur Egypte » perdue et dont leurs conceptions représentent un « nouvel ordre mondial » ou une « nouvelle Égypte »

Moïse et ses traits ne sont en fait que des caractéristiques fictives pour essayer de décrire la personnalité cachée d’Akhenaton, le roi solaire, mais dont le nom et la saga ont été habilement dissimulés par des groupes maçonniques, derrière des appellations comme Melchisédek, Moïse, Aaron, Salomon, Hiram Abiff, Lazare ainsi que bien d’autres, et où les Images d’expulsions, de tribus perdues, de terres incultes, de temples tombés, de colonnes brisées, etc., se rapportent également à la perte du pouvoir d’Akhenaton.

*Source : (Graham Hancock et Robert Bauval : « Talismanc »)

Articles similaires

1 commentaire

Ndomey February 7, 2018 - 1:23 pm at 13 h 23 min

Cet article est tres interessant ,elle donne une matiere de reflexion et des nouveaux pistes de recherche . Merci beaucoup a son auteur

Répondre

Laisser un Commentaire