KONGOLISOLO
Actualité

Devoir de mémoire : une histoire choquante, mais qu’il ne faut pas jeter aux oubliettes (nous sommes le 5 mars 1959; ce jour-là, 69 garçons afro-américains, âgés de 13 à 17 ans, étaient enfermés la nuit dans leur dortoir au Negro Boys Industrial School à Wrightsville, États-Unis) « Vers 4 heures du matin, tout à coup, un incendie s’est mystérieusement surgit; cet événement triste et macabre de l’histoire peut être oublié ou méconnu de beaucoup »

Le drame coûta coûté la vie à 21 garçons. « C’était en fait incendie criminel savamment calculé, qui visait à tuer tous les 69 afro-américains qui étaient hébergés à l’intérieur de ce dortoir », avait déclaré Frank Lawrence. Il s’était alors assigné pour mission de découvrir précisément la vérité sur ce qu’il avait décrit comme « L’holocauste secret » de l’Arkansas. Lorsque la fumée se dissipa un de ces quatre matins de mars 1959, les garçons qui avaient été brûlés vifs furent retrouvés entassés les uns sur les autres dans un coin du dortoir.

Les 48 survivants avaient réussi à s’échapper en arrachant les grillages métalliques de deux fenêtres du bâtiment. L’horrible événement avait brièvement fait la une des journaux. Ce qui a également attiré l’attention sur la misère et les conditions déplorables dans lesquelles vivaient les garçons. En effet, les conditions étaient telles que lorsque ces 69 garçons allaient tous se coucher le soir, dans un espace exigu où ils avaient du mal à se mouvoir ou à bouger, ils étaient à moins d’un pied l’un de l’autre et il fallait se lever. la nuit et aller jouer à la fille dans la salle de bain, ils devaient déféquer dans des seaux, avait ajouté Lawrence. « Les garçons se promenaient en haillons. Ils avaient un réservoir d’eau de 30 gallons pour pouvoir prendre un bain », a déclaré Stockley à son tour.

En réalité, ces garçons ont été internés à l’école en tant qu’orphelins ou sans abri ou pour avoir commis des délits qualifiés de méfaits et délits mineurs présumés. Ironiquement, assez curieusement, le terrain sur lequel se trouvait l’école en question est maintenant l’unité de Wrightsville du département des services correctionnels de l’Arkansas, où vous ne trouverez pas de plaque indiquant que les garçons y ont vécu ou sont morts. Personne n’a osé perpétuer leur mémoire. Hommage aux 69 garçons, et surtout à ceux qui sont morts atrocement en voyant la mort venir à pas de géant vers eux.

 

choquante

 

Articles similaires

Laisser un Commentaire