KONGOLISOLO
Actualité

Le pouvoir énergétique des cristaux : la spiritualité ancestrale Noire/Africaine nous enseigne que toute la nature est vie et que la vie est le divin, (ainsi celui qui étudie la nature devient un sacerdoce de l’Éternel), « C’est pourquoi il était important pour nos ancêtres d’étudier les différentes formes de création qui ont précédé l’homme, telles que (les minéraux, les plantes et les animaux) »

Pourquoi les minéraux, par exemple ? Pour les vertus thérapeutiques de leur magnétisme et leur capacité à amplifier les fréquences énergétiques qui peuvent nous permettre d’atteindre l’illumination. Bien, avant les autres peuples, l’Africain a été le premier à utiliser les minéraux, non seulement pour orner son corps, mais aussi pour améliorer son équilibre (physique, mental, émotionnel et spirituel).

  • Nos ancêtres incorporeraient les cristaux sur les trônes, les sceptres ainsi que les boucliers pour leur protection;
  • En décorant les couronnes avec des minéraux, c’était pour activer et équilibrer les énergies du KHAT, KA et BA et par la même occasion pour stimuler le Chakra du troisième œil;
  • En Afrique, précisément à Kamet (l’Égypte antique), le Quartz par exemple, était utilisé pour la guérison et la communication avec les esprits;
  • L’Or était consacré à l’artisanat des masques funéraires sacrés et de sculptures de divinités.

Le Lapis-lazuli était par excellence l’une des pierres pour les Kamits et leurs pharaons. Cette pierre était considérée comme la pierre sacrée de MAAT (vérité, justice, harmonie, amour, Etc.) C’était la gemme qui stimulait l’intelligence et l’imagination, la finesse d’esprit, l’ingéniosité, la créativité. Elle protégeait aussi contre les influences néfastes.

Les Kamits (Anciens Égyptiens) appelaient cette pierre « Xesbet ». En hébreu, elle reçut le nom de « Sappir », C’est-à-dire « La chose la plus belle ». Les Grecs Anciens parlaient de « Sappheiros » (qui signifie « Pierre bleue ») ; et les Romains parlaient de «Sapphirus » (traduit en français « saphir »). Dans les cas, cela explique l’erreur de traduction dans l’ancien testament concernant le mot “saphir”. En fait, à chaque fois que ce mot est mentionné dans la bible, il fait référence au Lapis-lazuli. Jusqu’au XIIIème siècle, le mot saphir désignait le Lapis-lazuli.

L’archéologie a démontré qu’aux environs de 1400 avant J.C, les Anciens Égyptiens et les peuples mentionnés dans la Bible ne connaissaient pas encore le « Corindon bleu (saphir) », provenant du Sri-Lanka et d’Inde. Il est évident que cette pierre n’était pas connue non plus des personnes qui ont rassemblé les textes de l’Ancien Testament. On ne trouve aucun saphir bleu dans les divers musées ayant un département d’égyptologie, mais on y trouve beaucoup d’amulettes taillées dans du lapis-lazuli. Bien, plus tard, avec le christianisme qui se développe à Alexandrie en Egypte sur le corpus spirituel Kamit, le Lapis-lazuli est remplacé par le Corindon bleu (saphir) provenant du Sri Lanka. Plus vite, cette pierre devient, pour les chrétiens, le symbole de la pureté et sa lumière. Elle est rapprochée à celle du royaume de Dieu. Dès le XIIIème siècle, tous les cardinaux portaient une bague de saphir à la main droite (celle qui bénit).

L’Afrique n’est pas seulement le berceau de l’humanité, elle est aussi le berceau de toutes les sciences. Et elle a été la première à expérimenter la cosmologie et à honorer la création pour ses bienfaits. Il n’est pas étonnant que le fondateur du judaïsme (Moïse) soit un africain de la cour royale Kamit (égyptienne). La Bible dit de lui dans Actes 7:22 : « Qu’il fut instruit dans toute la sagesse des Kamit (Ca veut dire qu’il était initié aux sciences sacrées en vertu de Maat) ». La bible poursuit en disant : « Qu’il était puissant en paroles et en œuvres ». D’après le récit biblique, Dieu aurait demandé à Aaron, qui est le frère de Moïse, de façonner une cuirasse. Elle se composait de douze pierres précieuses : une pour chacun de ses douze fils qui allaient former les douze tribus d’Israël. 

Le plastron orné des pierres, fut appelé « Efod ». Par la suite, la légende dit qu’il aurait été porté par les grands-prêtres du temple de Jérusalem, pour entrer en relation avec Dieu. Au fil des siècles, les 12 pierres, liées aux 12 tribus d’Israël, furent associées aux 12 signes du zodiaque. On leur attribua également des vertus thérapeutiques.

Pour en savoir plus sur les cristaux, lire « La Bible des cristaux » de (Judy Hall). Certainement disponible à la librairie panafricaine  Tamery Sematawy ☥.

Articles similaires

Laisser un Commentaire