KONGOLISOLO
Actualité

Devoir de mémoire : le roi Pelé et le seigneur Kibonge, (une histoire des géants du football Brésilien et Kongolais; nous sommes en 1967, lorsque le destin de Kibonge, se croise à celui du roi Pélé; en date du 02 juin 1967, le FC Santos, lors de sa première tournée en Afrique, fait un passage très remarqué et très médiatisé à Kinshasa); « Dans sa sélection Brésilienne, se trouve le meilleur joueur du monde; Pelé est donc cet hôte de marque des sportifs Kongolais; pour ce grand rendez-vous, à ne pas manquer, il s’observe une ruée vers le stade Tata Raphaël (stade du 20 mai) dans le chef de la population de Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Kongo; l’arène est pleine comme un œuf, car tout Kinshasa veut voir jouer la légende Brésilienne »

Des témoins privilégiés de l’événement se sont réunis dans les tribunes pour suivre car tout était retransmis en direct. Parmi les spectateurs se trouve le maréchal Mobutu. Amoureux des grands événements et des défis, il quitte ce jour-là le palais présidentiel pour passer les rares moments mémorables au stade. L’équipe nationale du Kongo. « Les Léopards », sont à son actif, c’est du travail, sa propre création. Après l’échange de drapeaux entre deux capitaines, les deux équipes posent ensemble pour immortaliser ce moment et cette occasion qui n’arrive pas tous les jours. Les joueurs congolais et brésiliens se retrouvent côte à côte, emportés dans l’élan d’une même ferveur incroyable. Le décor est magique pour le plus grand bonheur des secteurs, des téléspectateurs et des auditeurs.

Quelques minutes avant le coup d’envoi, et alors que les autres joueurs s’échauffent, deux footballeurs se rencontrent pour la toute première fois. Kibonge (22 ans) va chez son aîné Pelé (27 ans). Après tout, l’international congolais ne perd pas son temps. Il fait le premier pas et se dirige vers le Brésilien. Il comprend le désir et le souhait des Kongolais et joue le jeu. Ils se serrent la main. C’est là qu’émerge un certain lien entre les deux internationaux qui multiplient les gestes d’amitié au cours du match. À la croisée des chemins, le meilleur joueur congolais de l’année 1965 et le meilleur joueur du monde semblent échanger quelques mots car Pelé parle aussi français. Kibonge, qui a nourri les espoirs d’approcher la star brésilienne, a sûrement prévu cette rencontre pour marquer une journée inoubliable. C’est lui qui tient le ballon, objet de leur passion commune.

Kibonge a inévitablement vu son rêve se réaliser d’être photographié avec Pelé, devenu la légende du football mondial. Apparaître aux côtés du meilleur joueur du monde est une opportunité que l’international Kongolais n’a pas voulu rater et qui n’arrive pas souvent. En même temps, la première star mondiale du football, Gento savourait ce moment insolite. Les photos prises avec Pelé ont non seulement coloré sa carrière, mais sont restées dans l’histoire comme des souvenirs inoubliables. Et, surtout, il faut avouer que les deux Pelé et Kibonge sont des frères. L’harmonie et le sang de leurs ancêtres communs Noirs/Africains avaient suscité cette belle complicité.

Devoir de mémoire

Articles similaires

Laisser un Commentaire