KONGOLISOLO
Actualité

Le ring de combat du bien et du mal – de la vérité et de mensonge : ce ring est présent en chaque homme dans son for intérieur où une autre voix dit – « Agis bien » & une autre qui dit – « Pousse vers le mal »; c’est ce qui importunait aussi l’apôtre Paul comme c’est écrit dans la Bible « Le bien que je devrais faire, je le fais pas ; et le mal que je ne devrais pas faire, je le fais » (Romains 7 : 19)

Ce qui précède est correctement, est illustré dans l’anecdote qui va suivre :

  • Un de ces beaux jours, un vieil homme Cherokee apprenait la leçon de la vie à son petit-fils.
  • Un combat a lieu à l’intérieur de moi, dit-il au garçon
  • Un combat terrible entre deux loups. 

L’un est mauvais : « Il est colère, envie, chagrin, regret, avidité, arrogance, apitoiement sur soi-même, culpabilité, ressentiment, infériorité, mensonges, vanité, supériorité et ego ». & L’autre est bon : « Il est joie, paix, amour, espoir, sérénité, humilité, bonté, bienveillance, empathie, générosité, vérité, compassion et foi. »

Le même combat a lieu en toi-même et à l’intérieur de tout le monde. 

  • Le petit-fils réfléchit pendant une minute, puis demanda à son grand-père.
  • Quel sera le loup qui vaincra ? Le vieux Cherokee répondit simplement; celui que vous nourrissez. 
  • Nous sommes à la fois bons et mauvais. Nous aimerions n’être que bons, mais ce n’est pas dans la nature de l’homme, et il nous faut vivre avec nos deux facettes. 
  • L’important pour nous est alors d’être plus bon que mauvais, que la balance penche du bon côté. 

Ce conte, très facile, à mémoriser, peut nous rappeler quotidiennement que la balance penchera du côté que nous aurons privilégié. Il nous enseigne que d’une journée de tristesse, c’est le quart d’heure de joie qu’il faut retenir et cultiver.

Nous ne devrions pas nous méprendre, le sentier de la vérité est rude, et son ascension est pénible, chaque individu faisant face à la bataille intérieure de la vérité et de l’erreur. C’est une bataille où l’homme est lui-même le ring, les deux combattants et l’arbitre. Ce fait est très significatif, car dans cette âpre bataille de la vie, aussi longtemps que le soldat de vérité porte cette armure dont parle Paul (Éphésiens 6:13-17), il finira par vaincre, si durement soit-il assiégé, s’il fait face à ses ennemies.

Donc, en gagnant notre ennemi intérieur, il nous sera facile de remporter la victoire sur nos ennemis extérieurs !

Le ring de combat du bien et du mal - de la vérité et de mensonge

Articles similaires

Laisser un Commentaire