KONGOLISOLO
Actualité

Les contours de la vie mystérieuse de Marie Laveau, figure emblématique du Vaudou en Lousiane; le 16 juin 1881 mourrait la célèbre prêtresse du Vodou Marie Laveau; (KongoLisolo), revient sur l’histoire émouvante et palpitante de Marie Laveau, l’une des personnalités les plus célèbres de la Nouvelle-Orléans (Louisiane), « La Nouvelle-Orléans, aux États-Unis, fut un des hauts lieux de la religion et la culture Vodou »

Le Vodou s’y est implanté au début du XIXème siècle, importé par des esclaves – mais aussi des « Libres de couleur » – qui suivaient leurs maîtres français fuyant la Révolution haïtienne. Tout comme son « Cousin Haïtien », le Vodou de la Nouvelle-Orléans était un syncrétisme de la religion catholique, très présente en Louisiane – avec des mélanges de religions africaines traditionnelles. Prêtresse, Marie Laveau fut une des figures emblématiques du Vaudou de la Nouvelle-Orléans. Née « Libre de couleur », en 1794, Marie Laveau était la fille d’un planteur Blanc et d’une Créole, terme qui désignait en Louisiane les individus ayant des origines à la fois africaines, européennes et amérindiennes (natives). 

En 1819, Marie Laveau épouse Jacques Paris, un immigré haïtien qui décéda un an plus tard dans des circonstances troubles et mal élucidées. La jeune femme devint alors coiffeuse pour de riches clients blancs puis infirmière durant l’épidémie de fièvre jaune qui toucha la ville. C’est durant cette période que Marie Laveau fut initiée à la médecine et à l’utilisation de plantes médicinales. Peu d’éléments de la vie de Marie Laveau sont connus. Celle-ci était une prêtresse Vodou aussi bien renommée que redoutée – tant par la population noire que par la population blanche – dont les cérémonies attiraient de nombreux fidèles. Femme d’affaires avisée, elle s’était spécialisée dans les problèmes financiers et romantiques. Marie Laveau devint la femme officieuse de Christopher Glapion, un militaire avec qui elle eut 15 enfants. Ce type de mariage officieux entre un Blanc et une Libre de couleur était fréquent à la Nouvelle-Orléans où les mariages « Interraciaux », étaient toutefois interdits.

Marie Laveau décédera le 16 juin 1881 : les circonstances de son décès divergent selon les sources. Certains journaux de l’époque indiquèrent qu’elle fut retrouvée décapitée quand d’autres annoncèrent qu’elle était décédée dans son sommeil. D’autres rumeurs évoquèrent encore sa présence en ville quelques heures après l’annonce de son décès. L’une des filles de Marie Laveau, elle aussi prénommée Marie, reprit sa fonction de prêtresse. Figure populaire de la culture de la Nouvelle-Orléans, Marie Laveau est enterrée au cimetière Saint-Louis où sa tombe, comme en pèlerinage, continue d’être régulièrement visitée.

Les contours de la vie mystérieuse de Marie Laveau

Articles similaires

Laisser un Commentaire