KONGOLISOLO
Actualité

Afrique : les progrès des sciences Noires/Africaines ne peuvent plus être niés (refusée) « Les anciens instruments chirurgicaux ont été découverts sur le mur du temple de Kom-Ombo »

Historique de diagnostic physique :

L’évaluation des sons du corps humain a été rapportée dans la littérature médicale ancienne. Parmi les plus anciens manuscrits médicaux connus figurent les papyrus médicaux de l’Égypte ancienne, datant du 17e siècle avant JC. Les Égyptiens ont été l’une des premières civilisations à documenter systématiquement la pratique de la médecine.

Le premier médecin reconnu fut le prêtre égyptien Imhotep, que beaucoup considèrent comme le véritable père de la médecine. Le Papyrus Edwin Smith (17ème siècle avant JC) et le Papyrus Georg Ebers (16ème siècle avant JC) sont un système d’enseignement du diagnostic et de la pratique de la médecine, qui fait référence aux signes audibles de maladie dans le corps. Un millénaire plus tard, Soranus d’Éphèse a identifié la maladie de l’utérus par le son produit lorsque la main appuyait contre l’abdomen.

Les méthodes de diagnostic égyptiennes utilisaient des informations obtenues par l’examen du patient. Ces papyrus contiennent des observations diagnostiques astucieuses. Par exemple, des hernies ont été notées « Lorsque vous ressentez un gonflement de la surface du ventre qui sort à cause de la toux ». Les papyrus incluaient également des moyens de traitement médicaux et mécaniques. En effet, le mur du Temple jumeau de Kom-Ombo sur le Nil, qui était le centre des soins médicaux dans l’Egypte ancienne, présente un relief hiéroglyphique représentant divers instruments médicaux et chirurgicaux.

Relief de Kom-Ombo « Détail » :

Ci-dessus, l’image du relief incisé du mur du temple de Kom-Ombo. De nombreux instruments sont étiquetés en fonction de leur utilisation médicale, mais certains n’ont pas d’objectif clair. Le tube dans le coin inférieur gauche du relief entre les vaisseaux des ventouses et des cisailles pourrait-il avoir une prothèse auditive utilisée comme stéthoscope ? (Nunn, J. 1996. Ancient Egyptian Medicine Norman : University of Oklahoma Press Page 165).

Hippocrate, le père de la médecine, a préconisé la recherche d’instruments philosophiques et pratiques pour améliorer la médecine en 350 avant JC. Hippocrate a également utilisé la méthode consistant à appliquer directement de l’oreille à la poitrine et l’a trouvée utile pour faire la distinction entre l’accumulation d’eau à l’intérieur du pus et la poitrine. L’eau bouillonnait comme du « Vinaigre frémissant ». Caeleus Aurelian a écouté la poitrine en 200 après JC en plaçant son oreille en contact direct avec celle-ci afin de diagnostiquer une bronchite. Et Areteus de Cappadonia décrit les sons abdominaux dans l’hydropisie comme étant comme un tambour (tympan).

Malgré le retour à la mystique de la médecine à l’âge des ténèbres, des peintures du Moyen Âge représentaient des médecins examinant des patients en plaçant l’oreille nue contre la poitrine.

Au XVIe siècle, le célèbre chirurgien Ambroise Paré notait que « S’il y a de la matière ou d’autres humeurs dans le thorax, on peut entendre un bruit comme celui d’une bouteille à moitié remplie de gargouillement ». L’éminent scientifique William Harvey, dans sa conférence de 1616 sur la structure et la fonction du cœur, a décrit le mouvement du cœur comme deux clics d’un mélange de soufflets d’eau pour gratter l’eau et a noté qu’à chaque mouvement du cœur, lorsqu’il est la livraison d’une quantité de sang dans les veines ou les artères, un pouls a lieu et peut être entendu dans la poitrine. Et le physiologiste Robert Hooke a spéculé dans les années 1700 après avoir écouté le cœur battre « Qui sait, je le dis, mais qu’il est peut-être possible de découvrir le mouvement des parties internes des organes par le bruit qu’ils font; que l’on puisse découvrir le travail effectué dans les différents bureaux et boutiques d’un corps d’homme, et ainsi voir quels instruments ou moteur sont en panne ».

Joseph Leopold Auenbrugger la première description complète des percussions thoraciques dans sa monographie 1761. Il a commencé à utiliser les percussions en 1754 en tant que médecin à l’hôpital espagnol de Vienne et attribue sa découverte à son expérience d’enfance de regarder son père taper pour déterminer le niveau de liquide dans les tambours.

Auenbrugger a tapoté les patients du bout des doigts avec la main fermée pour déterminer le point auquel la percussion a détecté une anomalie. Il a décrit les sons comme aigus, sourds ou ternes. Le médecin viennois Maximilian Stoll a écrit sur la percussion en 1786 et le médecin français M. Rozière de la Chassagne de la Faculté de médecine de Montpellier a publié une traduction française de l’œuvre d’Auenbrugger en 1770; mais pas la percussion. jamais reçu l’acceptation générale. C’est Jean-Nicolas Corvisart, le plus grand médecin français, médecin de Napoléon Bonaparte et professeur de Laennec, qui est passé de la percussion au courant dominant de la pratique médicale. Corvisart a adapté la technique d’Auenbrugger en utilisant la surface plane de ses doigts pour frapper la poitrine. Il a publié une traduction française du texte d’Auenbrugger en 1808, qui a été largement lu.

John Forbes d’Angleterre a traduit le texte en anglais en 1824, en utilisant des observations de cas originaux pour illustrer l’utilité de la percussion. Collin dans sa monographie sur la respiration 1824 consacre un chapitre aux percussions. Il préférait taper légèrement avec un stéthoscope comme meilleur moyen de produire un son par percussion, reflétant peut-être le fait qu’il était l’assistant de Laennec qui utilisait cette technique. C’est AD Piorry qui introduisit en 1826 l’utilisation d’un morceau de matériau solide, généralement de l’ivoire, comme pleximètre pour améliorer la qualité du son en tapotant le pleximètre placé fermement contre la poitrine (médiation par percussion) plutôt que de la paroi thoracique elle-même (immédiat percussion). Il a adapté le stéthoscope pour inclure un pleximètre et a publié ses inventions en 1828. En Allemagne, Wintrich a introduit le premier marteau à percussion en 1841. À cette époque, la percussion était devenue une modalité de diagnostic acceptée.

Le professeur de René Laennec, TH Corvisart, avait l’habitude de placer son oreille sur la région cardiaque de la poitrine pour écouter le cœur. Bayle et Double, qui comme Laennec étaient des élèves de Corvisart, écoutaient à oreilles nues le cœur de leurs patients. Double suggéra l’usage régulier de cette technique dans son traité de sémiologie publié en 1817. Néanmoins, l’évolution de l’écoute à l’oreille nue (de l’auscultation immédiate) à l’oreille assistée (auscultation par médiation) attendait l’invention par Laennec du stéthoscope en 1816. Laennec se raconte qu’il se souvenait de l’impression sonore accrue lorsqu’il est véhiculé par certains corps solides que lorsqu’on entend le grattement d’une épingle à une extrémité d’un morceau de bois, lors de l’application de notre oreille à l’autre. Laennec, donc, roula une main de papier dans une sorte de cylindre et en appliqua une extrémité à la région du cœur et l’autre extrémité à mon oreille, et ne fut pas peu surpris et heureux de voir que je pouvais ainsi percevoir l’action du cœur d’une manière beaucoup plus claire et distincte que je n’ai jamais pu le faire par l’application immédiate de l’écoute.

Laennec a poursuivi son étude de l’auscultation médiate avec le stéthoscope à l’hôpital Necker à Paris et publie ses observations dans son texte classique sur l’auscultation médiate en 1819. Fait intéressant, Laennec ne mentionne pas dans la première édition de son texte l’expérience du célèbre physicien et médecin WH Wollaston, qui en 1810 a déclaré avoir utilisé un long bâton cranté reposant sur son pied avec son oreille reposant à l’autre extrémité pour compter les sons de contraction musculaire de son pied. Initialement, Laennec appelait simplement son invention « Le cylindre », mais il choisit plus tard le nom stéthoscope des mots grecs (poitrine) de et scope (montre). John Forbes, qui a traduit le texte de Laennec en anglais en 1821, a d’abord appliqué le mot latin auscultation (entendre) à la pratique de la médecine.

Laennec décrit les différents sons produits dans la cavité thoracique par le mouvement de l’air, le mouvement du tissu pulmonaire, une accumulation de liquide pulmonaire, la réverbération de la voix et les battements du cœur. L’auscultation médiate avec le stéthoscope a été lentement acceptée dans la pratique médicale pendant le reste du 19ème siècle. Au vingtième siècle, l’inspection, la palpation, la percussion et l’auscultation sont devenues l’approche diagnostique physique standard pour examiner un patient et le reste aujourd’hui. En fin de compte, le stéthoscope est devenu le symbole du médecin auparavant, car il permettait aux médecins d’entendre les signes des maladies respiratoires et circulatoires des patients.

 

Articles similaires

Laisser un Commentaire