KONGOLISOLO
Actualité

Pourquoi les Noirs/Africains antiques occultaient-ils certaines sciences ? Il faut bien comprendre que les « Anciens Noirs/Africains » occultaient certaines sciences (par exemple l’Observation de la Nature) au commun des mortels : pour les anciens Noirs/Africains, les sciences n’étaient pas nécessairement considérées comme une notion de progrès, comme nous les considérons aujourd’hui dans les temps modernes

Les Noirs/Africains connaissaient et avaient déjà appris de leurs Ancêtres, encore bien plus avancés qu’eux, les bienfaits que certains progrès scientifiques pouvaient apporter, mais aussi les méfaits que les sciences pouvaient amener. C’est pourquoi leurs sciences, aussi appelées « Mystères », étaient le produit des secrets des « Neteru », autrement dit celui des « Gardiens de la Nature ».

Comme les mystères, les secrets scientifiques n’étaient pas dévoilés au grand public. Pour y accéder, il fallait être initié. Cette méthode était un garde-fou pour ceux qui savaient, mais aussi un mur pour ceux qui ne savaient pas, et qui pouvaient mésuser ou abuser de la connaissance scientifique.

Imaginons la radioactivité, nous obtenons l’électricité grâce à l’énergie nucléaire : c’est le côté positif. La même énergie est utilisée pour fabriquer des armes des arsenaux à destruction massive : c’est l’usage négatif des connaissances scientifiques. C’est pour cela qu’au lendemain du largage des bombes atomiques (américaines) sur Nagasaki et Hiroshima au Japon, Albert Einstein s’était écrié : « Il y a des choses qu’on ne voudrait pas faire (…) » Parce que les gens se sont servis de ses travaux sur la théorie de relativité pour fabriquer des bombes qui dévastent des villes entières et tuent des milliers des personnes en un temps record.

En réalité, ce que nous appelons progrès scientifique et technologique est à la base de la dépravation des mœurs et nous mène droit dans le mur si bien que nous sommes au bord d’un gouffre écologique sans précédent. C’est pourquoi, en Egypte antique et ailleurs en Afrique, il n’y avait que des génies et des initiés qui avaient accès aux secrets scientifiques (« Mystères ») dans le temple des mystères. Et les médiocres ou l’ensemble du commun des mortels n’accédaient qu’aux connaissances ordinaires pour le bien équilibré de l’humanité.

La science sans conscience n’est que ruine de l’âme (By, Rabelais) ! 

Articles similaires

Laisser un Commentaire