KONGOLISOLO
Actualité

Le secret du sésame (ouvre-toi); selon la sagesse Yoruba et (Gbe) : ce que nous sommes et ce que nous avons est le reflet de notre esprit, le spirituel conditionne le matériel; en d’autres termes, notre état extérieur est étroitement lié à notre état intérieur; ce que nous faisons et ce que nous sommes doit être la source de votre bien-être, car Platon nous dit que « Les yeux de l’esprit ne commencent à être aiguisés que lorsque ceux du corps commencent à s’affaisser ; (chez les Yorubas, pour être sage, il faut respirer la sagesse) »

Le sens que nous donnons aux choses change notre façon de les vivre. Quand, au Nigeria, les Yorubas disent (O’gbon) pour parler de sagesse, en Gbe le même mot est exprimé pour parler de respiration (O’gbon), et l’élément essentiel dont il s’agit ici est le bon (l’air) ! Mais est-ce l’air que nous respirons dans ce monde physique ? Non, de là. Au contraire, ce sont les véhicules ténus ou subtils de l’homme ou de l’être humain, c’est l’étincelle spirituelle ou le divin en nous !

D’après la philosophie grecque, la sagesse est une science qui s’applique dans l’univers. La sagesse n’a pas d’âge, elle peut s’enraciner dans le Petit comme dans le Grand. Surtout quand l’âme incarnée s’exprime à travers votre petit corps pour manifester ce grand potentiel ! L’homme est un microcosme étroitement lié au macrocosme (Nzambé, le Grand Architecte de l’univers, sagesse supérieure, intelligence supérieure).

Beaucoup recherchent la clairvoyance, mais peu sont prêts à vivre la vie requise. Pour avoir la vue et la perspicacité spirituelle, la sagesse Yoruba recommande de subjuguer notre nature intérieure et d’éviter de vivre grossièrement. L’homme, pour s’ouvrir aux mondes intérieurs ou hyper-physiques, doit travailler son intérieur. L’esprit ne peut pas s’épanouir dans un corps souillé, pas plus qu’une eau potable ne peut garder sa pureté dans l’eau, tout comme une lentille teintée ne peut refléter une image claire.

Le secret

Articles similaires