KONGOLISOLO
Actualité

Le pape Léon X dans une lettre au cardinal Pietro Bembo, (nous savons depuis des temps immémoriaux combien cette fable de Jésus-Christ, nous a été bénéfique) : il y a un Lézard sur la résurrection de Lazare, « Selon l’Évangile de Jean (chapitre 11) , Lazare vit à Béthanie avec Marie et sa soeur Marthe, quatre jours après sa mort et sa sépulture, il serait sorti vivant du tombeau sur l’ordre de Jésus »

Comment un miracle aussi surprenant, au grand jour et en public, a-t-il pu échapper aux contemporains de cette époque ? Jean est le seul sur toute la planète à en parler. Et pourquoi les représentations chrétiennes de la résurrection de Lazare le montrent-il debout à la porte de sa tombe, comme une momie égyptienne ?? Il ne fait aucun doute que cette histoire est un plagiat de la résurrection allégorique d’Osiris par Horus dans les anciens textes Kamites (égyptiens).

Texte des pyramides :

Livre de la sortie du jour. Dans les textes sacrés des Noirs/Africains de la vallée du Nil (Kemit), datant de plusieurs milliers d’années avant l’arrivée du peuple hébreu dans l’histoire. « Jésus se rend jusqu’à Béthanie pour ressusciter Lazare des morts. Marie et Marthe la sœur de la Momie se trouvaient présentes ».

Le rédacteur de l’évangile attribué à Jean ne va pas même prendre la peine de changer les noms. Lazare vient du grec Lazarus, qui n’est que la déclinaison hébraïque d’El’ Azar (« EL » est le mot hébreu pour Dieu.) Asar était le nom égyptien d’Osiris, le nom Osiris est la forme grécisée d’Asar. Asar = El’Zar = Lazarus = Lazare. (Beth-Anu = « Maison d’Anu »).

  • Nom de la cité où sera ressuscité Asar (Osiris); « Devient ». Bethanie – (Beit-Anyah en Hébreu) = « Mmaison de l’affligé »;
  • Nom de la cité où sera ressuscité Lazare Aset (Isis) la sœur de la momie (Asar/Osiris); « Devient ». Marthe la sœur de la momie (El’Azar/Lazare);
  • En effet, Marthe, Maria ou Myriam ne sont pas des noms juifs, bien au contraire ça dérivé de l’Égyptien (Mry), prononcé qui veut dire « L’Aimé » Mary amen = l’aimé d’Amen. Mary Re = l’aimé de Re;
  • L’épithète de Mary était aussi employée à Isis. Le pluriel de (Mary) est (Merti), comme pour désigner les deux sœurs (Isis et Nephertys). En latin Mertea, en hébreu et en Germanique en italien Marta.

Pour les Noirs/Africains de l’époque pharaonique, cette histoire était une allégorie pour décrire un phénomène astronomique, celui de la course du soleil à travers la constellation de Sirius. En réalité depuis Kemet, les religions extra-africaines n’ont que très maladroitement plagié une science Kémite restée très longtemps secrète.

Cosmothéologie : il n’y a jamais eu de prophètes, ni de révélations, car ce sont les cycles solaires qui indiquent depuis le ciel profond, le cadre théologique que les hommes doivent suivre et la période référentielle concernée.

By, Professeur Omoutunde K. dans « Cosmogenese Kemite » tome 2 P : 98.

Articles similaires

Laisser un Commentaire