KONGOLISOLO
Actualité

Devoir de mémoire : Aussi extraordinaire que cela puisse paraître, les faits disent que les philosophes grecs ont plagié les mystères Noirs/Africains, (c’est ce que nous révèle ici George Granville Monah James, African/Américain, titulaire d’un doctorat, professeur d’université, il enseigna(it) les sciences mathématiques, la logique, le grec et le latin); « Tout d’abord, le terme philosophie grecque est un terme inapproprié car une telle philosophie n’existe pas, mais le vrai terme devrait être (la sagesse Noire/Africaine), pour les raisons suivantes » … (VIDÉO)

Thalès de Milet, le soi-disant père de la (philosophie occidentale), Socrate et Homère le soi-disant (1er écrivain grec) ont admis être allés étudier à Kémet. Diodore Sicile a écrit que les premiers Grecs étaient évidemment des Noirs/Africains et que Kekrops (Sésotris) venait de Kémet et fonda Athènes en tant que colonie de la ville Kémétique de Saïs.

La déesse Athéna alias la Déesse Neith dont le nom s’écrit (Ht) en Medu Neter, se prononçait (Ath ou At), dans la ville de Saïs, qui était aussi appelée (Hat-Nt), avant que les Grecs choisissent de l’appeler uniquement par la fin de son nom, dans ce cas (Nait), plutôt que (Ht-Nt) comme dans (Athena).

Hérodote a écrit que les Grecs savaient très bien que les Mystères de Dodona étaient originaires de Kémet et donc qu’Aristote qui accompagnait Alexandre à Alexandrie en -333, avait pillé la grande bibliothèque de Rakhetet (Alexandrie), utilisant cette collection comme base de l’ensemble de son système de philosophie et de science. Phaedros (Phèdre), est un genre littéraire qui traite de divers sujets sous des formes variées; sur la question (de la mort, de l’amour, de la rhétorique et de l’écriture, abordée sous forme de dialogues, de discours, de descriptions, de mythes et de prières), c’est en fait ce que Platon avait appris de la fable de Thot/Tehuti en avouant à ses étudiants qu’il avait plagié l’œuvre d’un philosophe Noir/Africain nommé Ésope, l’Éthiopien.

Pythagore, le soi-disant père des mathématiques, a passé plus de 20 ans en Afrique à étudier à Memphis avec les prêtres de Ptah, c’est pourquoi il n’y a rien de ce qui a été écrit par Pythagore, ni même rien sur sa naissance et quand on utilise l’étymologie de Pythagore, il devient Pytha/Ptah et Agoras dont le mot Agur signifie (celui qui a parlé ou qui parle). Les voyelles n’étaient pas utilisées dans les langues anciennes, c’est pourquoi Pythagore était lu comme (celui qui a parlé pour Ptah ou qui parle en faveur de Ptah).

Les idéogrammes utilisés pour le nom de Ptah sont le carré (P), le demi-cercle (T) et la corde nouée en boucle (H), dont la dernière coïncide avec la célèbre corde enroulée Kémitique qui a été volée puis nommée au nom (d’Euclide le protégé de Pythagore), qu’on appela (47ème problème d’Euclide – franc-maçonnerie) dont l’entrelacement symbolise aussi le secret qui doit entourer les Mystères à la fin de certaines œuvres, tout comme le symbole (de la corde nouée), illustre aussi le Noeud du problème (3,4,5) connu sous le nom de (théorème de Pythagore).

D’un point de vue historique, la corde nouée était l’un des outils essentiels des maçons opératifs Noirs/Africains; il servait à calculer, à tracer des longueurs et des angles de valeur définie, notamment des angles droits. Les cordes, comportant douze nœuds, permettaient de définir un angle droit en formant un triangle, aujourd’hui appelé triangle rectangle de Pythagore, ainsi que pour toute autre construction à réaliser sur terre, qui avant d’être commencée devait être tracée avec le corde (autre nom de la corde nouée), qui a joué un grand rôle.

Voilà, la raison pour laquelle ceux qui aiment la vérité doivent absolument désapprendre tout ce qu’on leur a appris pour mieux la digérer ! Les anciens Noirs/Africains/Égyptiens avaient développé un système religieux et scientifique très complexe appelé les (Mystères).

C’est dans ce système que, par exemple, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, s’est développée l’idée du salut de l’âme après la mort. En tant que tel, ce système considérait le corps humain comme une prison pour l’âme. Ce dernier pourrait se libérer de ses obstacles physiques grâce aux disciplines des arts et des sciences et ainsi passer du niveau de Mortel à celui de Dieu. C’était la notion de summum bonum ou du bien le plus élevé auquel tous les humains devraient aspirer. C’est également devenu la base de tous les concepts éthiques.

Le système des Mystères Noirs/Africains/Égyptiens était aussi un ordre secret dont l’adhésion s’acquérait par l’initiation et la promesse de garder le secret. Par cette exigence du secret, les Noirs/Africains/Égyptiens avaient développé des systèmes particuliers d’écriture et de transmission des savoirs et avaient interdit aux initiés d’écrire ce qu’ils avaient appris.

Après près de cinq mille d’interdictions contre les Grecs, ils furent autorisés à entrer à Ta Meri (Basse Égypte), afin d’y obtenir une éducation. « Les Grecs profiteront de cette opportunité pour apprendre tout ce qu’ils peuvent sur la culture Noire/Africaine. La plupart des étudiants grecs recevaient ainsi leurs enseignements directement de prêtres Noirs/Africains/Égyptiens.

Articles similaires

Laisser un Commentaire