KONGOLISOLO
Actualité

Quand les Grecs ont plagié l’art africain bien plus tard : comparaison de Ramsès II datant de -1150 et d’une statue de Kouros -500, cette date correspond au début de l’apprentissage des sciences par les Grecs sur le sol égyptien « Le Kouros est un jeune homme nu représenté debout, les bras le long du corps, la jambe gauche légèrement avancée »

Cette attitude montre l’influence des modèles égyptiens; on voit aussi cette influence dans les yeux en amande, et le léger sourire. Selon l’archéologue John Boardman : c’est en visitant l’Afrique (Égypte) que les Grecs ont vu pour la première fois des constructions colossales en pierre utilisant de la pierre de taille, et des colonnes taillées et décorées à leurs extrémités.

Selon l’archéologue John Boardman : « C’est en visitant l’Afrique (Égypte) que les Grecs ont vu pour la première fois des constructions colossales en pierre utilisant de la pierre de taille, et des colonnes taillées et décorées à leurs extrémités.

  • Chez eux, les Grecs utilisaient la brique crue, le bois et faisaient de pittoresques constructions en maçonnerie (…). Vers la fin du VIIIe siècle, les architectes grecs essayaient de s’adapter au style africain (égyptien), non pas en l’imitant dans ses détails, mais en l’adaptant à leurs formes architecturales locales;
  • Ainsi naquit en Grèce, la colonne dorique qui a pour origine directe et immédiate la colonne égyptienne;
  • Les fables représentant des animaux sont l’apanage des peuples d’Afrique Noire (contes de griots, Etc.), des Koushites comme le confirme Lenormant. C’est l’Égyptien Noir Ésope qui introduira les fables aux Grecs;
  • Dans petite, discussion avec une momie, l’auteur Edgar Allan Poe décrit les vastes connaissances techniques et scientifiques de l’Afrique ancienne (Égypte);
  • Dans le domaine des mathématiques et de l’astronomie, les anciens Égyptiens avaient une avance encore inégalée aujourd’hui; la valeur exacte du nombre Pi ( ), le diamètre polaire de la Terre, et la distance exacte entre la Terre et le soleil, et bien d’autres éléments étaient déjà connus;
  • Vers -2550 les Noirs égyptiens maîtrisèrent les bases fondamentales (géométrie, trigonométrie et astronomie) pour la construction des pyramides. Tous ces repères leur ont permis de se situer dans le temps et dans l’espace;
  • Ce n’est qu’entre -650 et -540 que l’on entend parler pour la première fois de géométrie en Grèce, grâce aux connaissances de Thalès, ancien élève de prêtres Africains (égyptiens). Après avoir fait ses études en Égypte, il revient avec des connaissances appliquées depuis -2300 par les Égyptiens, l’eau à l’origine de tout (nom océan primordial), et l’importance de l’âme (métaphysique du Ka et du Bâ).

C’est avec Neiloksenos, un mathématicien Noir égyptien, qu’il apprit à mesurer la hauteur d’une pyramide par rapport à son ombre. Et c’est finalement avec les astronomes égyptiens qu’il apprendra à calculer l’arrivée d’une éclipse solaire.

Articles similaires

Laisser un Commentaire