KONGOLISOLO
Actualité

L’union ne fait pas toujours la force (l’union des faibles ne fait la force que s’ils y ajoutent l’intelligence, la conscience); il existe un dicton populaire qui a la côte dans pratiquement tous les pays du monde, à savoir (l’union fait la force), il fut un temps où nous aussi on aimait ce dicton, avant de nous rendre compte, qu’il ne s’agissait là que d’un cliché pour les naïfs, « Car si vous regardez bien, nous unirons les brebis, elles resteront des brebis et ne deviendront jamais des loups; on a beau multiplier les troupeaux de chèvres, un seul loup ou un seul chien réussira à tous les effrayer »

C’est le soir venu, lorsqu’un seul chien réussit non seulement à rassembler tout le troupeau de chèvres, mais aussi à leur indiquer le chemin à suivre jusqu’à la grange. Et tous, sans protester, obéissent à ce maître, pourtant seul, n’ayant pour arme que ses crocs, qu’il montre en aboyant lorsqu’une chèvre tente de lui désobéir. 

  • Il est évident que ce tout petit chien à lui seul ne pourrait rien contre ces milliers de chèvres si seulement ces dernières pouvaient réaliser non pas leur nombre, mais quelle serait la somme de leur force contre cet ennemi. Et c’est la réflexion qui mène à cette prise de conscience qui leur manque;
  • Cette scène, c’est nous les Noirs/Africains dans la peau de la chèvre et n’importe quel pays européen dans la peau du chien. Ces boucs sont très nombreux et solidaires, mais il s’agit avant tout d’une unité de faiblesse, d’une union d’êtres dénués de tout sens critique, de la faculté de libre arbitre;
  • Il est très important d’observer le chien lorsqu’il arrive sur le théâtre des opérations; il n’est pas pressé. De loin, il observe tout le troupeau dans son ensemble. Les animaux déjà en groupe ne l’intéressent pas trop;
  • Son attention est concentrée sur les chèvres légèrement à l’écart du groupe. Et c’est autour d’elle qu’il va s’annoncer, tout en les poussant vers le groupe.

Dans ce scénario, nous avons toutes les relations entre les pays Noirs/Africains et les différents maîtres qui se succèdent. Et nous ne pouvons pas arrêter de nous poser les questions :

  • Comment plus d’une vingtaine de pays Noirs/Africains, peuvent-ils obéir sans coup férir aux injonctions de la France et de l’Occident dans tous les domaines même dans ceux dans lesquels elle se trompe ??
  • On croirait que le sens critique, la conscience pourraient venir de l’école, mais en Afrique, ça ne semble pas fonctionner;
  • L’Afrique a envoyé ses enfants étudier chez l’ennemi dans les soi-disant plus grandes écoles du monde, sans que cette relation de chien à chèvre qui nous lie puisse cesser, mais que valent ces intellectuels ?? Sommes-nous sûrs qu’ils ont vraiment fréquenté la même école que les autres ??
  • Comment un fonctionnaire Noir/Africain qui a fréquenté la même école que son camarade de classe français, canadien, américain, Etc. Peut-il en être réduit à attendre l’avis de son ex-camarade de classe français, canadien, américain, Etc. Comme si la science que les deux avaient apprise à l’école était différente ??

Jean Paul Pougala

L’union ne fait pas toujours la force

Articles similaires

Laisser un Commentaire