KONGOLISOLO
Actualité

Regarder la Nature avec un œil animiste : tout véritable animiste regarde la Nature avec révérence car c’est elle qui nourrit et offre un souffle de vie gratuit à tous les êtres vivants; pour les animistes, la Nature est divine, on ne la prie pas, on l’honore; « Les animistes savent très bien que la Nature est Dieu à l’œuvre, (ils croient qu’il est inutile voire insultant d’aller implorer plus de grâces à quelqu’un qui a déjà assez pourvu aux hommes, qui a tout mis à leur disposition); il est donc absurde pour les animistes de voir des gens prier encore Dieu pour la nourriture qu’ils veulent manger au lieu de rendre grâce à la mère Nature qui leur a fourni ou offert ce repas »

Chez les animistes, on ne prie pas « Mawù Segbo Lissa, Nzambé, Nyamien, Maweja, Mungu, Nyamuhanga, (Dieu) ». L’objet de son évocation est plutôt de le louer et de l’adorer avec une révérence très profonde envers la Nature. On considère ainsi que le Créateur est en toutes choses : (humains, nature, astres, Etc.). Ce n’est pas une personne physique, un vieil homme blanc barbu assis dans les nuages, qui surveille les faits et gestes de chacun un bâton à la main pour punir les plus récalcitrants, qui comble certains de richesse, de prospérité, de bonheur, et qui punit les autres par la misère, la pauvreté, la maladie, les guerres.

L’animiste voit Dieu à travers la Nature. C’est cet arbre qui vous apporte ombre et fraîcheur, c’est cette rivière qui vous désaltère, c’est cette plante qui vous nourrit et vous guérit. Il est cet homme, cette femme qui vous aide dans le besoin. Il est le murmure du ruisseau qui serpente dans l’herbe, il est le chant de l’oiseau, il est le bruissement de l’océan, le bruit des rivières qui tombent, le vent qui souffle sur la cime des arbres et sur le sommet des montagnes, c’est ça bourdonnement de la forêt.

Bref, du tonique de la terre aux régions étoilées, en passant par les grandes forces de la Nature, Dieu se manifeste puissamment. Nous ne pouvons chercher Dieu qu’en observant les lois de la nature et en coopérant avec elles pour sortir l’humanité des ténèbres. « Nos ancêtres dans leur désir de personnifier cet Esprit ont donc érigé les divinités, les Orishás, les ancêtres supérieurs. Et ce sont eux que nous invoquons pour nous soulager de notre ignorance et de la dureté de la vie en nous accompagnant, à travers leurs expériences, dans notre quotidien. Ils sont dévoués au bien éternel de l’humanité. Étant des êtres compatissants, ils sont toujours prêts à intervenir et à aider ceux qui se tournent vers eux ». Certains disent qu’ils préfèrent prier, aller directement à Dieu ; mais et ils ne savent pas que ce faisant, ils dévalorisent et donnent moins d’importance à la Nature, aux plantes, aux animaux et à leurs congénères. Raison pour laquelle ils ne respectent pas la Nature et pensent en disposer comme bon leur semble. Ils peuvent prier, mais ils ne seront pas exaucés. C’est pourquoi ils n’aiment pas les autres et pensent qu’ils n’ont pas besoin des autres puisqu’ils peuvent tout avoir directement de Dieu lui-même, alors que Dieu n’aide personne et n’a vocation à aider personne, car ayant déjà tout disposé à l’homme par la Nature.

Dieu ne peut rien vous faire sans la Nature et sans les autres. Votre salut est toujours entre les mains de votre prochain et dans la Nature. L’humain est le plus important car à la tête des quatre règnes (minéral, végétal, animal et humain). C’est philosophique, et c’est la base de la conception de Dieu, du divin dans la plupart des religions africaines traditionnelles. C’est pourquoi la famille, la communauté et la nature sont importantes et magnifiées dans divers cultes animistes. C’est tout le (Unbuntu).

Nous croyons donc que nous sommes mal placés pour annoncer aux autres l’existence d’un être omniprésent qui, de plus, a tout (…). Nous croyons donc que nous sommes mal placés pour annoncer aux autres l’existence d’un être omniprésent qui, de surcroît, a tout créé et que nous devons obligatoirement l’adorer selon notre entendement. C’est toute la différence. Tout est reconnaissance. C’est la conception animiste de la Nature, c’est-à-dire de (Dieu à l’œuvre).

la Nature

Articles similaires