KONGOLISOLO
Actualité

Devoir de mémoire : le Kissing Case est une affaire judiciaire américaine débutant en octobre 28, 1958 et concernant l’arrestation et la condamnation à une longue peine de deux garçons Afros-américains de 7 et 9 ans « Les deux garçons noirs, James et David, tous les deux âgés moins de 10 ans au moment des faits, ont été accusés de viol après qu’une petite fille blanche prénommée Sissy âgée de 8 ans, les a embrassés sur la joue dans la cour de récréation »

Les deux jeunes Afro-américains sont arrêtés, battus et menacés par les enquêteurs Blancs, empêchés pendant plusieurs jours de voir leurs parents ou de rencontrer les avocats dépêchés par les associations. Les procureurs Blancs demandent qu’ils soient placés en maison de correction jusqu’à leurs 21 ans, peine à laquelle ils sont effectivement condamnés dans un procès sans avocat ni débat contradictoire pour agression sexuelle et attentat à la pudeur. 

L’affaire fait grand bruit au États-Unis et prend également une tournure internationale avec les protestations d’autres gouvernements et les critiques de la presse internationale. L’un des jeunes Noirs expliqua « L’un des petits enfants a suggéré qu’une des petites filles blanches nous donne un baiser sur la mâchoire », dit-il. « La petite fille m’a donné un coup de bec sur la joue, puis elle a embrassé David sur la joue. Donc, nous n’y avons pas pensé. Nous n’étions que de petits enfants », mais la petite fille Blanche a mentionné le baiser à la maison et ses parents étaient furieux ; la police raciste Américaine partit à la recherche des garçons Noirs. 

Les deux garçons – James, 9 ans, et David, 7 ans ont été accusés de violences sexuelles. Et leur punition a commencé immédiatement. « Ils nous ont emmenés au fond du poste de police dans une cellule. Et ils nous ont menottés, ils ont commencé à nous battre », explique James. « Ils nous frappaient contre notre corps, vous savez ? Ils ne nous ont pas battus au visage, où personne ne pouvait le voir ; ils nous ont tous frappés au ventre, au dos et aux jambes. Nous hurlions et hurlions. Nous pensions qu’ils allaient nous tuer ». Les reportages sur l’affaire se sont répandus dans le monde entier. C’est devenu le « Kissing Case » Dans de nombreux titres. Pendant l’affaire, des membres du groupe raciste blanc du Ku Klux Klan local brûlent des croix devant les maisons des familles des enfants, et des personnes tirent sur les maisons. Dans un entretien à la National Public Radio en 2011, des membres de la famille Thompson des deux jeunes Noirs déclarent qu’ils se rappellent encore les balles sifflant sous leur porche et les croix brûlées devant chez eux. 

Finalement, le gouverneur de Caroline du Nord, libère les deux garçons début 1959 après qu’ils ont passés trois mois incarcérer. Ni lui, ni les autorités de Monroe n’ont jamais présenté d’excuses aux deux enfants noirs innocents ni à leurs familles. Durant les années 50, plusieurs noirs furent assassinés par des blancs à cause des femmes blanches. Pour un noir, le simple fait de regarder une femme blanche dans la rue, était signe de danger. L’affaire Kissing Case nous a montrées encore une fois de plus, le vrai visage de l’homme Blanc Américain.

Le Kissing Case

Articles similaires

Laisser un Commentaire