KONGOLISOLO
Actualité

Georges Cuvier (1769-1832) : la race Nègre est confinée au sud de l’Atlas, son teint est Noir, ses cheveux crépus, son crâne comprimé et son nez aplati, son museau proéminent et ses lèvres épaisses le rapprochent évidemment des singes « Les peuplades qui le composent sont toujours restés des barbares – la plus dégradée des races humaines, dont les formes se rapprochent le plus de la brute, et dont l’intelligence ne s’est nulle part élevée au point d’arriver à un gouvernement régulier »

Le zoologiste, G. Cuvier dans (ses recherches sur les ossements fossiles, tome 1, Paris, Deterville, 1812). Georges Jean Léopold Nicolas Frédéric Dagobert Cuvier; dit Georges Cuvier, né à Montbéliard le 23 août 1769 et mort à Paris le 13 mai 1832, inhumé au cimetière du Père-Lachaise (division 8), est un anatomiste français, promoteur de l’anatomie comparée et de la paléontologie.

Au début du XIXe siècle, Cuvier examine le corps de Saartjie Baartman (Voir « Galerie »), une femme capturée en Afrique du Sud et en 1814 exposée en France comme curiosité physiologique. Cuvier a émis l’hypothèse que les organes sexuels seraient plus prononcés sur les mammifères les plus primitifs.

Il écrit : « Les premières recherches (de Baartman) devaient avoir pour objet cet appendice extraordinaire dont la nature avait fait, disait-on, un attribut spécial de sa race » (Discourse sur les révolutions de la surface du globe, 216). Après la mort de Baartman, il a disséqué son corps et a déterminé qu’elle était « Le lien » entre les animaux et les humains. En d’autres termes, elle aurait été la forme la plus élevée du règne animal, mais la forme la plus basse du règne humain. Cette expérience scientifique de Baartman a suscité l’intérêt de Cuvier pour la race et les origines humaines.

Cuvier croyait que toutes les espèces étaient fixes et donc tous les animaux pouvaient être classés. L’un des principaux objectifs de Cuvier était d’organiser les animaux en catégories. Il a mené des recherches qualitatives approfondies sur la structure des animaux vivants et leurs restes fossilisés. Il publie ses théories dans l’ouvrage Le règne animal (1817), une œuvre de 4 tomes et de 5 tomes dans la deuxième édition de 1829-1830.

En ce qui concerne l’histoire naturelle, les principales théories de Cuvier comprennent : Monogénisme (Voir « Glossaire »)

  • C’est l’idée que tous les êtres humains viennent de la même origine. Bien qu’il ait toujours décrit la race Noire comme la race la plus faible de l’humanité, en tant qu’homme de foi, il a reconnu qu’Adam et Eve (caucasiens) étaient à l’origine de tous les êtres humains.

Pourquoi certains qualifient-ils Cuvier de polygéniste ??

  • Il est vrai que Cuvier a proposé que toutes les races viennent des Blancs (monogénisme). Cependant, contrairement à Buffon, il a suggéré que les Noirs représentaient une race distincte qui ne pouvait être modifiée;
  • Il a défini trois groupes d’humanité dans l’ordre de la qualité de leur crâne et de leur civilisation : « On y remarque de certaines certaines conformations héréditaires qui constituent ce qu’on appelle les races. Trois d’entre eux surtout paraissent éminemment distincts : le Blanc, ou caucasien; le jaune, ou mongol; le Nègre, ou éthiopien » (Le règne animal, 94).

Catastrophisme :

  • Cuvier a émis l’hypothèse que plusieurs événements catastrophiques tout au long de l’histoire de la terre ont modifié ses formes géographiques. S’appuyant sur des preuves fossiles, il a été l’un des premiers scientifiques à suggérer que des espèces entières étaient éteintes;
  • Il écrit : « Les espèces d’autrefois étaient aussi constantes que les nôtres, ou du moins parce que la catastrophe qui les a détruites ne leur a pas laissé le temps de se livrer à leurs variations ». (Discours sur les révolutions de la surface du globe, 78). pour les trois races, Cuvier pense que l’un de ces événements catastrophiques a conduit à leur séparation.Selon lui, les races mongoles et éthiopiennes étaient constituées de survivants de cet événement et continuaient à vivre comme des races distinctes dans des zones isolées.

La rase est fixe :

  • Contrairement à Buffon, Cuvier croyait à la fixité des espèces, c’est-à-dire qu’on ne pouvait revenir à son état originel. Selon lui, l’environnement n’a pas eu une grande influence sur le développement des races (sauf en période de grande catastrophe), mais il a plutôt étudié les mensurations crâniennes afin d’établir des différences anatomiques entre les races.

Opposition à l’évolution :

  • Cuvier s’oppose aux concepts d’évolution de ses contemporains Jean-Baptiste Lamarck et Étienne Geoffroy Saint-Hilaire. Il a noté que ses études sur les fossiles n’ont pas montré de changement d’une forme distincte à une autre;
  • Après l’expédition de Napoléon Bonaparte en Égypte (1798-1801), Cuvier examina les restes d’animaux momifiés et détermina qu’ils n’étaient pas différents de leurs formes modernes.
  • Il écrit : « J’ai examiné avec le plus grand soin les figures d’animaux et d’oiseaux gravées sur les nombreux obélisques venus d’Egypte. Toutes ces figures sont pour l’ensemble. D’une ressemblance parfaite avec les espèces telles que nous les voyons aujourd’hui ». (Discours sur the Revolutions of the Surface of the Globe, 83. D’autre part, Lamarck a suggéré que l’évolution était un processus beaucoup plus long que quelques milliers d’années de transmutation progressive;
  • Cuvier a insisté sur le fait qu’une forme (animale/végétale) apparaîtrait soudainement dans les archives fossiles et y resterait inchangée jusqu’à son extinction. Cela a fourni la preuve du créationnisme, l’idée que Dieu a tout créé.

En tant qu’homme d’oi, Cuvier admettait que toutes les races provenaient d’une même origine (Adam et Eve). Cependant, il était catégorique dans sa description de la race noire comme étant distinctement différente et fixe de la race Blanche.

Il a dit, « La plus dégradée des races humaines, celle des nègres, dont les formes se rapprochent le plus de la brute, et dont l’intelligence n’a nulle part été assez élevée pour arriver à un gouvernement régulier ». (Discours sur les révolutions de la surface de le Globe, 220.) Cuvier a utilisé une théorie des catastrophes pour expliquer comment les trois races de l’humanité se sont développées et comment elles se sont distinguées dans des régions isolées.

  • À une époque où le mouvement abolitionniste prenait de l’ampleur (Voir « Contexte Historique »), Cuvier a été l’un des premiers historiens naturelles à proposer des théories du racisme scientifique. Même si les Noirs/Africains étaient des êtres humains, ils étaient inférieurs à la race Blanche et donc nés pour devenir esclaves.  Cuvier a tenté de comparer la qualité des deux crânes afin de justifier l’institution de l’esclavage;
  • En réponse à Cuvier, Tobombert a écrit un article dans Le Globe du 20 août 1825: « D’abord, connaît-on bien les peuples de l’intérieur de l’Afrique pour parler avec tant d’assurance ??  Et quand M. Cuvier dirait vrai, qu’est-ce que cela prouverait, sinon que ces peuples n’ayant aucune connaissance de procédés analogues à l’imprimerie, n’ont pas encore atteint le degré de civilisation dont l’espèce humaine est susceptible ?? » (779-780).

Cuvier a fait évoluer la définition scientifique de la race sous l’empire colonial français du XIX siècle. Il a expliqué les différentes races sur la base de leur nature biologique. Toutefois, il a utilisé ses conclusions pour définir les Noirs/Africains comme des êtres inférieurs. Les préjugés qui ont influencé ses idées ont justifié la préservation de l’esclavage au XIX siècle.

13549047_1703497423235800_553768673_o

Articles similaires

Laisser un Commentaire