KONGOLISOLO
Actualité

Wouter Bassoon, raciste criminel impuni : le Sud-Africain Wouter Basson (surnommé docteur-la-mort) restera un cas d’école dans l’histoire des génocides et des crimes racistes « Né en 1950, Wouter Basson, médecin cardiologue, a affirmé très tôt un penchant pour les substances toxiques et l’empoisonnement »

Recruté au milieu des années 70 par les services secrets sud-africains, il devient le chef d’une unité chargée d’éliminer, par les armes chimiques et bactériologiques, les Africains jugés « Dangereux » en particulier, et, d’une manière générale, le plus d’Africains possible.

Des crédits importants sont alloués à l’équipe de Basson qui, outre les assassinats et empoisonnements « ciblés », travaille à développer des maladies visant sélectivement les « noirs », à les rendre stériles et à développer des poisons ou des drogues les visant plus particulièrement (méthaqualonemandrax, ecstasy, etc.). Il a été établi que Basson avait travaillé sur le SIDA et utilisé des agents contaminés pour infecter des prostituées africaines.

Bien entendu, ceux qui tentent d’établir que le SIDA ou d’autres maladies foudroyantes (Ébola) auraient été mis au point dans des laboratoires racistes aux fins de décimer la population africaine sont généralement traités au mieux de « Conspirationnistes », au pire de fous. Basson aurait entretenu des liens avec des homologues de services secrets occidentaux. Un procès contre Basson, engagé en octobre 1999, aboutit à un acquittement et une amnistie, malgré 46 chefs d’accusation et 153 témoins à charge.

Bien que reconnu coupable par l’ordre des médecins d’Afrique du Sud (fin 2013 seulement) de « Violation de l’éthique », aucune sanction professionnelle n’a été appliquée à Basson !

Articles similaires

Laisser un Commentaire